TEMOIGNAGES D’ACCOMPAGNANTS DANS LA REVUE

Depuis sa création, La Revue Jalmalv publie des témoignages d’accompagnants. Ceux-ci, de nature différentes, sont tous la relation d’accompagnements et/ou une réflexion sur cette pratique. La rédaction de la Revue souhaite en éditer et ce, en lien, le plus possible, avec les thèmes à venir. Afin que vous puissiez rédiger votre témoignage nous vous les communiquons.
Merci de lire (cliquer ici) scrupuleusement les recommandations aux auteurs.
Les témoignages doivent être adressés à l’adresse courriel suivante: e.kiledjian@hotmail.fr .

Le numéro 138 sera consacré au thème « Vieillir bien, un défi pour notre société, les enjeux de l’accompagnement »
La personne vulnérable a besoin d’être protégée mais aussi d’être encouragée dans sa capacité d’agir. À travers deux situations qui sont celle de la vie en EHPAD et celle de l’âgé à son domicile, nous voulons interroger la vulnérabilité et la dépendance au cours de la vieillesse afin de les prendre en compte sans les cristalliser, pour mieux comprendre les postures d’accompagnement et permettre de les ajuster. Nous souhaitons explorer quelques thématiques :
     Notre regard sur la toute-grande vulnérabilité avec son cortège de handicap fonctionnel ou cognitif, les représentations sociales dans une humanité partagée,
     L’isolement et le sentiment d’abandon des âgées très vulnérables ; le vivre-ensemble ou le risque de stigmatisation, entre solidarité et répugnance,
La co-vulnérabilité, la charge émotionnelle et l’épuisement des accompagnants et des pairs-aidants,
Comment les conditions de la fin de vie des très-âgés nous questionnent, dans un contexte législatif et sociétal où transparaissent désormais le problème du long mourir et le désir (ou l’injonction) de « bien mourir » et de mourir vite, et la poussée de l’individualisme,
Les projets de soins palliatifs en EHPAD ou à domicile ; la question des décisions médicales parfois hâtives et des limitations des traitements en fonction de l’âge des patients, typiquement dans le contexte d’urgence médicale.


Le numéro 137 aura pour thème  »Les conflits, conflits et conflictualité en soins palliatifs ».
Les conflits sont l’expression de la conflictualité psychique inhérente à la condition humaine mais les conflits découragent parfois la parole et le débat au lieu d’éveiller les esprits, les remises en question, l’élaboration à propos de situations sensibles en soins palliatifs. Ceci se traduit quotidiennement dans la pratique par des tensions entre patients/familles/équipe/dans l’équipe/entre équipes/dans l’institution… avec souvent un effet de « diffusion » entre ces différents acteurs, aboutissant à une certaine confusion. Pour autant, faut-il éviter à tous prix les conflits ? Instaurer un espace pour discuter, s’exprimer, s’opposer est une modalité du lien social et un outil pour les soins palliatifs. Le groupe, comme tiers, est un espace qui peut favoriser ou pas de nouvelles représentations et relancer la parole. La conflictualité consentie permet souvent à chacun de sortir de positions univoques pour nuancer, avancer, rencontrer les autres et pouvoir travailler ensemble.