TEMOIGNAGES D’ACCOMPAGNANTS DANS LA REVUE

Depuis sa création, La Revue Jalmalv publie des témoignages d’accompagnants. Ceux-ci, de nature différentes, sont tous la relation d’accompagnements et/ou une réflexion sur cette pratique. La rédaction de la Revue souhaite en éditer et ce, en lien, le plus possible, avec les thèmes à venir. Afin que vous puissiez rédiger votre témoignage nous vous les communiquons.
Merci de lire (cliquer ici) scrupuleusement les recommandations aux auteurs.
Les témoignages doivent être adressés à l’adresse courriel suivante: e.kiledjian@hotmail.fr .

Le numéro 136 sera consacré l’accompagnement en réanimation. En voici l’argument donné par le rédacteur :
Un service de réanimation est un lieu de haute technicité où l’humain peut avoir du mal à trouver sa place, un lieu de perte d’intimité, d’autonomie, de relation. La mort y est omniprésente, un fil si ténu entre la vie et la mort où tout peut basculer dans un sens ou dans l’autre à tout moment. Cette mort-là n’est pas programmée, souvent accidentelle ou déterminée par l’arrêt des soins, ce qui soulève aussi bien des questions sur le « comment vivre cela ? » aussi bien pour les proches que pour les soignants. Nous voulons parler de l’accompagnement pour prévenir l’effondrement psychique. Expérience de perte du moi que traverse le malade, qu’il soit ou non inconscient et qui le poursuit bien au-delà de la sortie de réa. Tenter aussi de soutenir ceux, patients ou proches qui ont traversé cette épreuve dans un sentiment de détresse et souvent de grande solitude dont ils ne veulent ou ne peuvent parler et préfèrent mettre un couvercle sur cette expérience hors du commun. Évoquer aussi la question de l’accompagnement des soignants et des équipes. Quelques mots-clés pour cerner les différents thèmes qui pourraient être abordés : Le sujet (identité/personne) / Le conscient, l’inconscient / La communication, le (les) langage(s) / Le corps, le psychisme / Les différents acteurs : les soignants, la famille, les proches / La solitude, l’isolement, le temps / Vulnérabilité / Éthique.

Le numéro 137 aura pour thème  »Les conflits, conflits et conflictualité en soins palliatifs ».
Les conflits sont l’expression de la conflictualité psychique inhérente à la condition humaine mais les conflits découragent parfois la parole et le débat au lieu d’éveiller les esprits, les remises en question, l’élaboration à propos de situations sensibles en soins palliatifs. Ceci se traduit quotidiennement dans la pratique par des tensions entre patients/familles/équipe/dans l’équipe/entre équipes/dans l’institution… avec souvent un effet de « diffusion » entre ces différents acteurs, aboutissant à une certaine confusion. Pour autant, faut-il éviter à tous prix les conflits ? Instaurer un espace pour discuter, s’exprimer, s’opposer est une modalité du lien social et un outil pour les soins palliatifs. Le groupe, comme tiers, est un espace qui peut favoriser ou pas de nouvelles représentations et relancer la parole. La conflictualité consentie permet souvent à chacun de sortir de positions univoques pour nuancer, avancer, rencontrer les autres et pouvoir travailler ensemble.